BANKING INDUSTRY RC – www.electionblogger2019.com

BANKING INDUSTRY RC – www.electionblogger2019.com


ROYAL COMMISSION & # 39; STATION PRODUIT & # 39;

Avril 2014 – novembre 2017

Le secteur financier de la Commission royale a entamé la "longue grossesse", que Morrison décrira plus tard, en 2014, lorsqu'un Comité économique du Sénat n'a formulé que la recommandation suivante, notamment sur la Banque du Commonwealth

Rapport de sélection 2014 sur les références économiques du Sénat https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/ASIC/Final_Report/b03

Rapport final sur l'exécution de la commission australienne des valeurs mobilières et des investissements. 26 juin 2014

Recommandation 7 1

Le Comité recommande au gouvernement de formuler une demande indépendante, sous la forme d’une demande légale ou de la Commission royale, afin d’examiner de manière approfondie les actions de la Commonwealth Bank of Australia (CBA) en cas de défaillance des conseillers et planificateurs des sociétés de planification financière de la CBA, ainsi que les réclamations de une couverture; identifier tout comportement susceptible de constituer une violation de la loi ou des normes professionnelles; examiner tous les dossiers de clients touchés ou susceptibles de l'être par l'infraction et évaluer le caractère approprié des processus d'indemnisation et des montants d'indemnisation offerts et fournis par l'ABC à ces clients; et formuler des recommandations sur les ASIC et sur toute réforme réglementaire ou réglementaire éventuellement requise.

Source: https: //www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/ASIC/Final_Report/b03

Le gouvernement Abbott ayant ignoré cette recommandation, le sénateur des verts australien, Wish-Wilson, a porté l'affaire devant la Chambre du Sénat et a commencé à faire campagne pour une vaste commission royale dans le secteur financier.

En juin 2015, le sénateur Wish-Wilson a proposé un mouvement à la Chambre du Sénat –

Sénateur WHISH-WILSON (Tasmanie) (16:07): Je propose: Que le Sénat – (a) note: (i) les recommandations de l’étude du Comité de références économiques sur les performances de la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements, et (ii) les allégations selon lesquelles les planificateurs financiers de la Commonwealth Bank of Australia, la Banque nationale d’Australie, ANZ Bank, Macquarie Bank et plus récemment, IOOF s’était engagé dans des activités contraires à l’éthique et / ou illégales; et b) encourage le gouvernement à créer une commission royale d'enquête sur le secteur financier négligé.

Je demande la permission de faire une brève déclaration.

M. LE PRÉSIDENT: L'autorisation est donnée pour une minute.

Sénatrice WHISH-WILSON: Il est temps qu'une vaste commission royale du pays se familiarise avec la criminalité et les défaillances du secteur des services financiers. Il y a presque 12 mois, le Comité des finances, à la demande du Sénat, a recommandé à la Banque du Commonwealth de créer une commission royale. Après cela, au cours des 12 derniers mois, grâce à de courageux dénonciateurs et à des reportages tenaces de journalistes de Fairfax, nous avons été témoins d'allégations et de révélations de manquements de la part de la Macquarie Bank, de l'ANZ, de la National Australia Bank et récemment du IOOF. Combien d'autres scandales se cachent sous la surface? Bien que le Sénat ait fait du bon travail et que je recommande certains de mes collègues ici présents, le Comité a formulé une recommandation pour de bonnes raisons. C'est-à-dire qu'une commission royale aurait le pouvoir d'aller au fond des choses et de les régler une fois pour toutes pour le bien du secteur financier et du peuple australien. Je recommande à mes autres sénateurs d'appuyer ce mouvement.

Source: https://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/search/display/display.w3p;db=CHAMBER;id=chamber%2Fhansards%2F4eed2018-4d3f-44d9-9722-b4eb019db3419016d1634%2F0136; 3A% 22chamber% 2Fhansards% 2F4eed2018-4d3f-44d9-9722-b4eb019d1634% 2F0136% 22

Le Parti travailliste australien et la coalition (à l’exception du sénateur John Williams) ont tous deux voté contre le mouvement de la commission royale présenté par Wish-Wilson.

Source: https://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/search/display/display.w3p;db=CHAMBER;id=chamber%2Fhansards%2F4eed2018-4d3f-44d9-9722

b4eb019d1634% 2F0138; requête = Id% 3A% 22chambre% 2Fhansards% 2F4eed2018-4d3f-44d9-9722-b4eb019d1634% 2F0136% 22

Près d'un an plus tard, en avril 2016, le sénateur Whish-Wilson a transféré un nouveau mouvement au Sénat, avec des termes très similaires à ceux du mouvement de juin 2015.

Le sénateur WHISH-WILSON (Tasmanie) (19:42): Je propose: Que le Sénat – (a) note:

i) les recommandations de la demande de 2014 du comité de références en économie concernant l'exécution de la commission australienne des valeurs mobilières et des investissements,

(ii) la fausse idée qui a été révélée dans les rapports de planification financière de la Commonwealth Bank of Australia, de la National Australia Bank, de la ANZ Bank et de la Macquarie Bank;

(iii) le IOOF fait l’objet d’une enquête pour délit d’initié et de première ligne;

(iv) le fait que la branche assurance de la Banque du Commonwealth aurait des réclamations d'assurance vie injustement et frauduleusement refusées;

(v) des poursuites ont été engagées contre ANZ Bank et Westpac pour manipulation du taux de change;vi) les pratiques de prêt des banques ANZ et Bendigo qui ont contribué à l’effondrement des programmes d’investissement gérés par les forêts;

b) demande au gouvernement de créer une commission royale sur le secteur bancaire des services financiers; et (c) note que les verts australiens ont proposé au Sénat le 24 juin 2015 d'appuyer une commission royale.

source:

https://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/search/display/display.w3p;query=Id%3A%22chamber%2Fhansards%2F548f7e7e-68e6-4e9c-8f40-5e4a56df0b06%2F0182%22

Cette fois-ci, le mouvement était soutenu par le parti travailliste australien et par quelques poutres croisées, mais repoussé par la coalition (pour 34 contre 27) avec cinq interconnexions pour l'absentéisme.

source

https://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/search/display/display.w3p;db=CHAMBER;id=chamber%2Fhansards%2F548f7e7e-68e6-4e9c-8f40-5e4a56df0b06%2F0184;query=Id%3A% 22chamber% 2Fhansards% 2F548f7e7e-68e6-4e9c-8f40-5e4a56df0b06% 2F0182% 22

Le projet de loi a été adopté par le Sénat et a ensuite été discuté et rejeté par la coalition à la Chambre des représentants.

Le 8 avril 2016, avec le choix imminent, le chef de l'opposition et assistant fantôme, Chris Bowen, a annoncé qu'un gouvernement élu créerait immédiatement une commission royale dans le secteur des services financiers, mettant l'accent sur "les grandes banques".

Chris Bowen a déclaré qu'une commission royale d'enquête se pencherait sur le secteur bancaire et financier, y compris le fonds de pension de retraite, pour un coût de 53 millions de dollars.

La Commission royale mènera une enquête de deux ans dans le secteur bancaire et financier, y compris le fonds de pension de retraite, pour un coût de 53 millions de dollars.

M. Shorten a déclaré que le secteur avait été ébranlé par un certain nombre de scandales qui "n'étaient pas isolés ni même des exemples", mais indiquaient plutôt des problèmes systémiques dans l'industrie.

"L'Australie possède l'un des secteurs bancaires les plus solides du monde et nous voulons le rester. Mais la confiance du public dans le secteur bancaire et financier l'a frappée au cours des dernières années. De nombreux Australiens ont été victimes de décisions de banques et d'institutions financières. Les retraités qui ont perdu leur âge de retraite, les petites entreprises qui ont perdu leurs moyens de subsistance, les familles australiennes qui ont perdu cent mille dollars, ont nié justice et réclamé légitimement des créances légitimes à des assurés, littéralement des dizaines de milliers sinon plus, et aujourd'hui, cela suffit. "

Le trésorier, Scott Morrison, a ensuite déclaré que les réponses aux scandales bancaires devaient être proportionnelles.

"Les problèmes ont été identifiés et traités par la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC), qu'il a qualifiée de" politicien fort sur le rythme. Le gouvernement ne propose pas de commission royale et a au contraire une cohérence,"

Steve Munchenberg, PDG de l'Australian Bankers, a déclaré:

"Nous ne comprenons pas ce que cette commission royale est censée réaliser. La commission royale envoie un signal d'inquiétude et réduira la confiance dans le système bancaire. Les investisseurs étrangers demanderont ce qui ne va pas avec le secteur bancaire australien."

Le député libéral Warren Entsch s'est opposé à la reconnaissance par Turnbull des problèmes du secteur, mais a déclaré:

"Une excuse des grandes banques et un engagement à ne plus le faire à l'avenir ne suffisent pas. Je pense que nous devons passer à autre chose. Nous avons besoin d'une commission royale sur les activités rentables et immorales des grandes banques, qui doivent payer Montant de la compensation pour les clients pour les erreurs passées. "

Source: Katharine Murphy. Le service bancaire et financier appelle la Commission royale. The Guardian, 8 avril 2016 https://www.theguardian.com/business/2016/apr/08/labor-calls-for-banking-and-financial-services-royal-commission

Fin novembre 2017, le moment était venu pour une commission royale. Michael Roddan sur L'Australien rapporte que le sénateur citoyen Barry O'Sullivan a fait circuler un projet de loi d'initiative parlementaire visant à mettre en place une enquête complète sur le secteur bancaire, qui s'est engagé à le transférer au Sénat.

Le ministre des Finances, le sénateur Mathias Cormann, a tenté de freiner les progrès et a déclaré qu’une demande pouvait être

"Un exercice politique attrayant pour certains… cela ne mènerait pas vraiment à un intérêt public. Ce serait un autre processus long et coûteux qui ne nous donnerait pas de nouvelles informations. Une chose plus importante à faire maintenant, selon nous, est pour faire face aux problèmes qui, nous le savons tous, sont apparus récemment – pour y faire face, l'élément le plus important concernant la banque et l'Australie et le rôle de la banque dans la compétitivité de l'Australie reposent sur un système puissant qui attire ces dépôts.s ".

Le président de Westpac, Lindsay Maxsted, a averti que des appels prolongés à une commission royale pourraient entraîner des coûts de financement plus élevés pour le système bancaire, qui se répercuteront sur les emprunteurs sous la forme de taux d'intérêt plus élevés.

M. Henry, ancien ministre des Finances, a déclaré que les opportunités croissantes pour une commission royale n'avaient pas converti le nombre d'investisseurs mondiaux en un nombre suffisant pour influencer le marché financier, mais que les pourparlers ont commencé à inquiéter les investisseurs mondiaux de la santé du système. "Nous entendons de plus en plus de gens dire:" Qu'est-ce qui se passe là-bas? "Dit le Dr Henry.

Il a déclaré que le monde pensait que l'Australie avait l'un des systèmes bancaires les plus sûrs, stables et sûrs au monde. Mais il a ajouté que le dénigrement des banques avait amené les investisseurs à se poser la question "il n’y avait aucun problème" et qu’une commission royale avait laissé entendre que c’était davantage que les investisseurs ne "connaissaient" pas les banques.

D'autres banques ont fait valoir qu'une commission royale pourrait voir les investisseurs internationaux tourner le dos au secteur. Les banques australiennes dépendent des marchés internationaux de financement de gros pour environ un tiers du financement, les déposants locaux s'équilibrant. L'année dernière, les quatre grandes banques ont accru leurs fonds de gros de près de 150 milliards de dollars.

Source: Michael Roddan. Selon le secteur des services financiers, une commission royale bancaire augmenterait les taux d’intérêt. 24 novembre 2017. https://www.theaustralian.com.au/business/financial-services/calls-for-banking-royal-commission-to-drive-up-interest-rates/news-story/1b8782f28664737e484e7449bdad7341

Laisser un commentaire

Fermer le menu